Au fils de Lods

Surplombant la Loue, le village de Lods apparaît comme une belle carte postale. Les maisons s’accrochent à la pente, les ruelles tortueuses et fort raides montent vers l’église, dont le clocher de tuf domine tel un phare. Construite à flanc de montagne, la petite citée, patrie du peintre Lancrenon et du général Tripard, domine la route et la rivière sur laquelle trois barrages forment de magnifiques chutes d’eaux qui s’illuminent au soleil couchant.

Autrefois pays de la vigne, ses vieilles maisons, pour la plupart du XVIème siècle, sont bâties sur des caves aux vastes porches. Dans l’une d’elles, au cœur de la partie haute du village, le musée de la vigne abrite une magnifique collection d’outils et ustensiles retraçant le travail des vignerons. Sa visite seule vaut le détour. Pas très loin, l’église Saint-Théodule renferme un retable de Fauconnet et une Vierge du XIVème siècle.

La maison forte du XIIIème siècle, un peu à l’écart, aux fenêtres à meneaux, domine le village. Au bord de la Loue subsistent un moulin restauré et les restes d’une forge du XVIIIème siècle, témoins d’une époque où le vin n’était pas la seule richesse de ce pittoresque village. Au milieu de la rivière émergent les ruines du vieux pont emporté par une crue. Un petit chemin conduit à la belle fontaine où l’on peut lire : femme de vignerons ou d’ouvriers, manches retroussées et croupes en l’air, plongent leurs bras blancs dans l’eau froide. Écoutez, le vent colporte peut-être encore leurs paroles et leurs rires.

Cité au charme ineffable et au caractère très prononcé, Lods est membre de l’association des Plus Beaux Villages de France et des Cités de Caractère Bourgogne Franche-Comté, et concourt à faire de la haute vallée de la Loue l’un des sites majeurs du tourisme comtois. C’est aussi un lieu de prédilection pour les promeneurs, les pêcheurs et les aquarellistes.